Les Dolomites, une gamme de pics calcaires abruptes situées au sud de la frontière entre l’Autriche et l’Italie. Certains de ses sommets dépassent les 3 000 mètres d’altitude, donnant lieu à une escalade exigeante mais gratifiante. Le paysage dolomitique est incroyable, avec des vues exceptionnelles depuis le sommet de chaque ascension !

La beauté de la nature au service du sport

Des sommets qui émergent de la verdure alpine, de vastes forêts d’épicéas et de mélèzes. Les pics changent de couleur en permanence en fonction du déplacement du soleil. Des nuances de rose au lever à un rouge vif lorsqu’il atteint son zénith. Voilà ce qui attend les plus aventureux d’entre vous qui voudront poser les pieds sur la roche des Dolomites. Outre l’escalade pure et dure, des sentiers balisés permettent aux excursionnistes de se déplacer sans aucun problème et profiter de leur promenade. Certains d’entre eux sont d’ailleurs gorgés d’histoire car ont été témoins de batailles entre les italiens et les autrichiens durant Première Guerre mondiale.

Les dolomites : un massif pour les entraîner tous

Les roches des dolomites représentent le jardin d’éden de tout grimpeur. D’ailleurs, ils viennent des quatre coins du monde pour s’y mesurer. Des ascensions sont disponibles pour tous les niveaux, que vous soyez un expert en la matière, ou que vous enfiliez un baudrier pour la toute première fois. La technique de la moulinette, offrant le plus haut niveau de protection au grimpeur est parfaite pour débuter. Tandis que des ascensions bien plus corsées (grandes voies) sont une excellente façon d’étirer vos compétences. Les débutants souhaitant atteindre les sommets des plus hautes montagnes, pourront aussi utiliser les “vie ferrate”, leur offrant un chemin ultra sécurisé pour profiter du paysage.

Via ferrata dans les dolomites

Crédits photo : Louis Vest

A l’inverse, un randonneur bien formé muni d’un baudrier, casque, mousqueton et un morceau de corde, pourra aussi escalader certains sentiers en toute sécurité et sans avoir besoin de matériel d’escalade complet ou d’un partenaire. Dans les Dolomites il y a aussi une vraie culture de l’alpinisme. La majorité des plus grandes routes des alpes s’y trouvent et il n’est donc pas rare d’y croiser des grimpeurs d’exception !

Malgré la longueur apparente de certaines routes, la grande majorité d’entre eux peut être parcourues en une seule journée. Pour les ascensions de plus de 1000 mètres ou ceux nécessitant un long walk-in, la meilleure option est de rester une nuit dans un refuge de montagne.

Dans les Dolomites, l’on trouve plus d’une centaine de huttes, célèbres pour leur hospitalité et la qualité de leurs mets. Chaleureuses et confortables, elles offrent généralement entre deux et quatre chambres à coucher, ou un grand dortoir. La plupart des huttes seront accessibles directement à pieds, d’autres sur des téléphériques ou des télésièges.

Le point sécurité

S’il est vrai que les plus expérimentés pourront escalader seuls, il faut toutefois rester très vigilant. Les voies classiques sont généralement équipés de pitons permettant les points d’ancrage. Mais ceux-ci ne sont pas toujours fiables. Ils peuvent être vieillissants se retrouver très espacés sur les parcours les plus faciles, voire absents ! Analyser le parcours exige un bon niveau d’expérience, de même que l’évaluation de la qualité des engins fixés sur la route. Enfin, la Dolomie peut être très friable, en particulier sur les murs jaunâtres. Par conséquent la qualité de la roche doit également être soigneusement évaluée.

Rassurez-vous, les itinéraires les plus répétés sont hors de danger, ayant été rodés par les nombreuses ascensions.

Crédits photo : Image à la une