Aux portes de la forêt Amazonienne, le Chemin de l’Inca vous conduira sur les traces de cette grande civilisation précolombienne. Depuis la Vallée Sacrée jusqu’à la Citadelle de Machu Picchu, vous traverserez des paysages somptueux, entre forêts et montagnes andines, dans l’intimité de nombreux sites archéologiques incas retraçant leur Histoire.

Les Incas ont construit un réseau hautement avancé de près de 40.000 kilomètres de sentiers pour relier les coins de leur vaste empire. Il s’étendait de Quito en Equateur jusqu’à Santiago au Chili, et à l’est de Mendoza en Argentine. Autant dire que c’était un sacré boulot. Cusco était au cœur de ce grand empire. Presque tous les principaux sentiers dans les montagnes environnantes Cusco ont été construits ou améliorés par les Incas. Cependant, une section de 43 km de sentier en altitude reliant les sites archéologiques incas de Runcuracay, Sayacmarca, Phuyupatamarca, Wiñay Wayna et Machu Picchu est devenu le plus populaire ces 30 dernières années auprès des randonneurs. On la surnomme “Le chemin de l’Incas”

Le trek est d’une difficulté assez importante, surtout le deuxième jour. Il vaut mieux être raisonnablement entraîné pour effectuer cette randonnée. Notamment, car on peut atteindre 4200m d’altitude, l’effort à fournir est donc plus important. Habituellement, il faut compter 4 jours de trek pour arriver aux ruines incas du Machu Picchu.

Randonnée de 4 jours : le parcours traditionnel

Jour 1 : Départ au Km 82

Le trek démarre au Kilomètre 82. Un endroit appelé ainsi parce qu’il se trouve à 82 kilomètres le long de la ligne de chemin de fer entre Cusco et le Machu Picchu. Habituellement, il faut compter 4 jours de trek pour arriver aux ruines incas du Machu Picchu.

rivière Urubamba

Le pont de la rivière Urubamba, le départ d’une aventure. Crédits photo : Daniel Antunes

Premier obstacle : un pont suspendu qui franchit la rivière Urubamba, situé à près de 3 000m d’altitude. Ensuite, la marche, étant plutot tranquille, constituera un bon échauffement pour les jours suivants. Llactapata sera le premier site archéologique du trek. Il s’agit d’un centre agricole avec de belles terrasses. Il faudra ensuite longer la rivière Cusichaca jusqu’au village de Wayllabamba situé cette fois bel et bien à 3 000m d’altitude. Il faudra encore grimper 300m pour atteindre Yuncachimpa (3300 mètres), où se déroule généralement la première nuit, sous une tente. A savoir que l’endroit offre une vue imprenable sur le Nevado Verónica. Mieux vaut bien profiter de cette première nuit de sommeil car le lendemain s’annonce bien plus agité !

Jour 2 : De l’effort, des cols, des récompenses

En effet, le deuxième jour sera le plus compliqué en termes d’effort. Pour les surmonter, les organisateurs prévoient un grand nombre de pauses. Au petit matin, l’aventure démarre à travers la vallée de Llulluchapampa à près de 4 000m d’altitude. Vous grimperez à travers une belle végétation subtropicale. Au fur et à mesure que la pente s’enraidit, les forêts laisseront place aux paysages dénudés de la Puna. Cette grimpée est connue comme étant la plus éprouvante de tout le Chemin de l’Inca : le col de Warmiwañusca (4200 mètres). Une fois au sommet, la pause s’impose. De l’autre côté, une pente le long de la rivière Pacaymayo (3500 mètres), avant de recommencer l’ascension jusqu’au site archéologique de Runkurakay (3950 mètres). Il servait autrefois de poste de guet et de relais aux messagers incas (appelés Chasquis).

Les ruines de Runkurakay

Les ruines de Runkurakay en contrebas. Crédits photo : Kevin Jones

L’ascension se poursuivra jusqu’à atteindre 3950 mètres d’altitude, avant de redescendre jusqu’aux ruines de Sayacmarca. Une magnifique petite cité “labyrinthe” composée de ruelles, placettes, maisons, terrasses, fontaines, etc… Non loin se trouve Chaquicocha, à 3650 mètres d’altitude, qui fait l’objet du second campement.

Jour 3 : Parcours paisible et coloré

Comme le dit l’adage populaire : “Après l’effort, le réconfort !”. Ce troisième jour sera le plus beau et le plus aisé du parcours. Il débutera dans un cadre enchanteur où les couleurs de l’écosystème changeront tout au long de votre promenade dans la forêt tropicale de Wiñaywayna à 3 900m d’altitude.

Wynay Wayna au Pérou

La beauté de Winay Wayna. Crédits Photo : Emmanuel Dyan

Prochaine destination : les ruines de Phuyupatamarca, surnommé la « Cité au-dessus des nuages ». C’était en fait un relais inca, qui impressionne de par son architecture spectaculaire. Notamment ses murailles circulaires et l’ingénieux système d’aqueducs qui est toujours opérationnel aujourd’hui et alimente les bains de la région. Vous serez ensuite amenés à parcourir les sommets enneigés et la vallée de l’Urubamba. Face à vous, se dresseront alors  les ruines extraordinaires de Wiñay Wayna (ce qui signifie “Jeune pour toujours”) à 2 650m. Situé au cœur de la forêt et surplombant la vallée de l’Urubamba, il s’agit d’un site archéologique dominé par un vaste ensemble de terrasses agricoles. Et c’est aussi le dernier spot à visiter avant d’atteindre le campement du soir !

Jour 4 : Le Machu Picchu, enfin !

Le quatrième et dernier jour de randonnée démarrera en douceur vers Inti Punku (la Porte du Soleil) à 2700 mètre d’altitude. De cet endroit, vous aurez une vue panoramique sur le Machu Picchu (et oui, ça y est !). C’est ici que se termine cette randonnée : le site sacré de Machu Picchu, où est représentée toute la force du culte que rendaient les Incas au Dieu du Soleil. L’endroit parfait pour terminer en apothéose et donner sens à tout le “pèlerinage” que vous venez d’effectuer sur le chemin de l’Inca.
Généralement, nous descendrons jusqu’au site proprement dit du Machu Picchu où un guide vous fera visiter, et vous expliquera la vie dans la citadelle. Ainsi que les cultes et les cérémonies que réalisaient les incas dans les nombreux lieux sacrés comme les temples.

Machu Picchu au Pérou

Le Machu Picchu pour terminer le trek en beauté. Crédits Photo

Pour l’intégralité de la visite guidée, il faut compter deux heures (en même temps il y en a des choses à voir !).
Vous pourrez finir votre trip à Aguas Calientes pour vous détendre dans les thermes traditionnels.

L’accès au Chemin de l’Inca est strictement contrôlé et seules les entreprises de trekking sont autorisées à vendre et guider ce parcours. Il faut aussi savoir qu’un un nombre limité de treks peut être réservé, il vaut donc se décider très vite !

Il est à noter qu’il existe des alternatives à ce programme de 4 jours, qui est le programme classique de la randonnée. L’alternative la plus populaire est le « Short Inca Trail » qui peut être fait en un ou deux jours. C’est un trek généralement plus aisé, une excellente option pour ceux qui souhaitent surtout découvrir le Machu Picchu et Winay Wayna. En revanche, là aussi la demande est très forte, et il faudra donc s’y prendre au moins quatre mois à l’avance !

Image à la une : Geraint Rowland